Jerash, Umm Qais et Pella

Après avoir visité le désert oriental hier, nous prenons aujourd’hui la direction du Nord pour découvrir les sites archéologiques de la decapole. Ces villes historiquement fondées par des colons grecs et macédoniens formaient une ligue pour résister à leurs ennemis communs juifs et nabatéens.

La route jusqu’à Jerash n’est en rien semblable à celle d’hier: nous traversons des paysages vallonnés et verts. Les vallées sont parfois si encaissées que le moteur de notre Nissan d location est mis à rude épreuve.

Le site de Jerash nous en met plein les yeux dès l’entrée: une porte gigantesque se dresse devant nous sur la route qui menait à Philadelphia, l’actuelle Amman. Le reste des vestiges est à la hauteur de l’accueil, impressionnant. On visualise très facilement l’organisation de la ville autour de son cardo, l’avenue principale, bordé d’une multitude de colonnes, qui mène sur un grand forum oval et connecte au temple de Zeus dominant la ville. Les restes du temple d’Artemis à l’extrémité Nord du cardo permettent d’imaginer combien le sanctuaire qui l’entourait était majestueux.

Nous continuons la route pour atteindre à l’extrême nord du pays le site de Umm Qais. Perché sur un plateau à seulement 350 mètres au dessus de la mer, mais entouré de vallées sous le niveau de la mer, le panorama qu’offre le site est magnifique: Israël et le lac de Tiberiade, le Liban et la Syrie sont visibles depuis les ruines de l’ancienne Gadara. Les ruines révélées jusqu’à maintenant ont ici la particularité d’être composées de blocs de calcaires ou de basalte. Le temple romain ou le théâtre surprennent avec leur teinte noire.

Pour finir la journée nous redescendons par la route de la vallée du Jourdain pour atteindre Pella. La proximité de la frontière nous vaut le passage d’un checkpoint où le militaire en arme ne s’est heureusement pas montré trop regardant sur les pièces d’identité que nous lui avons produit, nos passeports étant resté au chaud au coffre à l’hôtel. Le site de Pella en lui même est bien moins intéressant que le paysage qui nous y mène: le crépuscule donne à la vallée du Jourdain de belles allures impressionnistes.

Nous arrivons tard à Amman, épuisés par les routes sinueuses et la conduite jordanienne.

27576-lrmobile0304-2016-1047538822145815116dbe83-lrmobile0304-2016-10495388241726803077cc6d-lrmobile0304-2016-1051538826214522652395ae-lrmobile0304-2016-1044538819156356657c2055-lrmobile0304-2016-1056538831075944533b25b0-lrmobile0304-2016-10535388281248897661a78c-lrmobile0304-2016-1132541310329598875d4a77-lrmobile0304-2016-1140541318322325446

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s