Varanasi, introduction à la spiritualité hindou

La journée commence tôt afin d’observer la ville se réveiller avec l’aube. Nous l’observerons à nouveau depuis le Ganges. L’activité sociale et religieuse démarre déjà sur les ghats: là des laveurs battent le linge et l’étendent au sol pour le sécher, là des nageurs et autres baigneurs, là des indiens pratiquent yoga et exercices physiques… Les couleurs de l’aube rendent le spectacle magique.

Nous assistons à une cérémonie de réveil du Ganges au pieds d’un ghat que les prêtres concluent en buvant des gouttes d’eau du fleuve et en s’arrosant la tête. Il finissent en mangeant une pâte sucrée qu’ils partagent avec nous. Nous rejoignons enfin la rive afin de découvrir les ruelles qui longent l’arrière des bâtiments. Sur les ghats nous assistons aux cérémonies de souvenir des ancêtres menées par des prêtres étonnement jeunes. A mesure que nous avançons nous traversons les quartiers des différentes communautés qui composent la ville. Les styles architecturaux, la décoration et les animaux présents dans la rue permettent de distinguer la communauté bengali de celle du sud de l’Inde ou des musulmans.

Lors d’une visite d’un temple dévoué à Arouman, le dieu singe qui permet de mettre en relation avec Shiva, notre guide nous explique les différents rituels que les croyants exécutent dans les temple. C’est un mélange de pratiques codifiées et d’autres plus personnelles. De manière générale, l’hindouisme se caractérise par une très grande diversité et une ouverture assez unique en comparaison avec les autres grandes religions.

Un  peu plus loin, dans un ashram, nous apprenons les quatre phases qui constituent la vie des hindous. La troisième est celle de la vie de famille au cours de laquelle un hindou doit fonder une famille, prendre soin de siens et de ses parents, frères et soeurs, tout en cherchant à satisfaire ses aspirations et désirs. Seulement une fois cette étape pleinement accomplie peut il espérer devenir Sadou et rejoindre un ashram. Pour cela il est nécessaire qu’un autre Sadou en s’entretenant avec lui vérifie qu’il a bien accompli sa vie de famille. Lorsqu’il devient Sadou, l’homme hindou doit se séparer de tout élément matériel et tout lien: il quitte sa famille définitivement et vie de manière très simple en cherchant à rejoindre l’énergie cosmique.

Au fil de nos promenades, nous apprenons à découvrir le style de vie et la religion complexe des hindous. Si certaines pratiques nous laissent perplexes ou nous choquent, comme pour un sage de demander à ses disciples de l’enterrer vivant, nous découvrons toutefois un ensemble cohérent qui contribue à la cohésion de leur société.

Nous quittons Varanasi la tête remplie de paysages somptueux, de découvertes spirituelles étonnantes mélangées aux images d’une pauvreté présente partout.

17567539272_45eb4a0442_k16947935934_97b32d4fad_k17570544595_bdc79d693e_k17570471691_2ee4dce93b_k16948096784_41eb7077a9_k17544347516_cadba67528_k16948342184_d473b56ac5_k17568687072_d04b8879d0_k17570953531_605721fb7a_k17568794292_c29ae200f0_k

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s