Sarnath et les sites de crémations de Varanasi

Nous quittons Amritsar tôt pour rejoindre Varanasi par avion. En préparant mon voyage les commentaires sur cette ville allaient d’un extrême à l’autre, du plus horrible au plus spirituel. Située sur les rives du Ganges, Varanasi est une ville particulière pour les hindous. La croyance veut qu’y mourir permette d’atteindre le nirvana, but ultime. Il faut donc s’attendre à rencontrer la mort et à en parler.

Toutefois, nous faisons d’abord un détour pour visiter Sarnath dans les environs. Cet endroit où Bouddha a pour la première fois prêché est le troisième lieu saint pour les bouddhistes. Nous y croisons de nombreux Sri Lankais en train de prier devant les ruines.

Sur le même site se trouve un temple Jain aménagé dans un ancien bâtiment administratif du pouvoir britannique. En effet, Sarnath aurait également été le lieu de naissance du 11e dieu Jain. Pour cette religion, quiconque qui suit leurs préceptes strictes ont la possibilité de devenir dieu. Nous nous entretenons avec le prêtre du temple qui nous explique les valeurs de non violence et de détachement extrême. C’est ainsi que les moines jains ne portent pas de vêtements et marchent continuellement pour ne s’attacher ni aux vêtements, ni aux lieux. A titre d’exemple, afin d’épargner la vie aux microbes et insectes, ils ne se lavent jamais et marchent sur un terrain balayé de plumes de paon.

Leur ascèse les conduit à ne se nourrir qu’une fois par jour de ce qu’une seule main peut contenir. Si cela ne suffisait pas à mesurer la force de leur foi, alors qu’ils ne se coupent pas les cheveux, une fois par an, lors d’une cérémonie publique, les moines s’épilent le corps et la tête sans laisser paraître la moindre douleur. Le récit du prêtre et les différentes photographies qu’il nous présente nous laisse sans voix.

Nous rejoignons enfin l’extrémité sud de Varanasi, où nous embarquons à Asi Gath pour une balade en barque à la découverte des rites funéraires hindous. Notre guide nous explique la philosophie qui entoure la mort dans leur croyance, alors que nous assistons au montage et à l’allumage des bûchers. Le corps recouvert d’un drap rouge et doré est baigné dans le Ganges pour une ultime purification à une dizaine de mètres de nous. Dans quelques minutes, nous le sentirons brûler. Pendant ce temps, des chiens et des poules errent entre les bûchers bientôt éteints. Les explications et les nombreux détails apportés par notre guide aident à comprendre l’esprit de cette cérémonie, et son côté terrifiant de prime abord.

En y repensant, voir un corps brûler pendant 2h30, réagir, bouger, se faire briser les os, voir la peau du visage changer de couleur avant que le sang ne jaillisse des narines n’est il pas plus humain que d’enterrer un corps en 5 minutes ou le faire disparaître dans un four ?

17543343676_71d67d01cd_k16947158964_97915b5be2_k17383407069_6ff5ffc2c9_k17383457809_67d7be48a0_k17381994138_2bc56a9b90_k16949470723_12378ce8a8_k

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s