#RomaExpress – dans la cave

Retrouvez toute la saga par ici.

Qu’ai je bien pu faire à Rome pour qu’elle m’en veuille ainsi ? A peine avais-je quitté une situation explosive, que je m’enfonçais dans un nouveau traquenard. Figurez-vous que mon sauveur sur sa vespa rouge n’était qu’un vulgaire comédien et non un agent secret du Cercle ! Qu’elle idée a-t-il bien pu avoir de se promener ainsi vétu d’un uniforme de camouflage (l’accoutrement de centurion est l’uniforme de rigueur pour une exfiltration !) ?

Il ne fallut pas plus d’une journée pour que ce comédien se révèle être un homme aux moeurs ma foi étranges. J’étais enchainé dans une cave sordide de banlieue, sa façon à lui de me témoigner son « amitié » d’une manière peu commune. J’en venais à regretter le sort que les jésuites ou l’agence m’auraient réservé. Les instruments saugrenus qui m’entouraient étaient autant de raison de m’inquiéter. Imaginez ! Pour un agent de ma stature, finir dans ces circonstances, quelle manque d’à-propos !

Résigné, les yeux bandés, je me répétais la leçon première de mon instruction: « Don’t panic! ». (ils en ont de bonnes les formateurs !) Mon bourreau semblait prendre plaisir à choisir ses instruments: bruits de ferrailles, de cisailles, tenailles et autres attirails… je sentais se serrer mes entrailles. (le stress déclenche chez moi des alitérations en ‘aille’).

Alors que je sentais le froid d’une lame le long de ma carotide, que mon souffle se faisait court, je cru discerner au loin un air de capoheira. La tension du moment me jouait-elle des tours ?

Stupéfaction, cri étouffé, corps qui tombe, puis rien.

« Désolé pour le retard ! » Cette voix m’était familière.
Le bandeau qui couvrait mon visage glisse. En contre jour, une silhouette. Ma vision trouble m’empêche de l’identifier.
« Il te va rudement bien cet uniforme de garde suisse ! »
Un humour pareil… cela ne pouvait être que… impossible !
« Merci de m’avoir envoyé ton assistant pour me payer mon billet de train, sans ça, je ne serais pas arrivé à temps. »
Jean-Baptiste, le français rencontré à bord du RomaExpress se tenait là, devant moi, fier de son petit effet. Assomer un serial killer à coup de danse brésilienne, il faut reconnaitre que ça a de la classe.

Ce garçon se révélait être un agent du Mossad. A le croire il nous fallait agir vite. Celui que je pensais être un vulgaire comptable paraissait être au coeur d’une machination encore plus grande que je ne l’imaginais. Cet homme aurait subi un lavage de cerveau de la part des services du défunt KGB (était ce lié au thé au pavot qu’il avait bu dans le train?). La raison et les conséquences de cette manipulation, nul ne les connaissaient. Quant à l’explication de l’implication d’un service secret dissous… Une chose était certaine, pour le bien de l’humanité, Incipio ne devait, en aucun cas, approcher de la place de Trevi.

Mais en attendant, Jean-Baptiste m’invita à aller voir un opéra: quitte à être à Rome, autant en profiter. Ce garçon est décidemment plein de surprises.


Le dernier épisode en date vu par Rouge-Cerise et Joss_davril.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s